Réception à Guidel pour un des marcheurs

Un groupe de dix marcheurs des quatre départements bretons est parti de Rennes le 10 octobre pour une marche solidaire dans le cadre des 70 ans du Secours populaire. Le 22 novembre, au bout de 43 jours de marche et près de 1.200 km parcourus, il arrivait à bon port, à Marseille, où se tenait le 35e congrès national de l’association. Dans le groupe, se trouvait un Guidélois : Christian Le Palabe. Pour saluer son exploit, la Ville a tenu à lui rendre hommage en organisant, mardi, une réception à la mairie en présence de Jean-Guy Ménand, secrétaire départemental du Secours populaire. Christian Le Palabe, qui était le seul représentant du Morbihan, a bien voulu raconter quelques anecdotes qui ont ponctué son périple. « Nous faisions environ 30 km par jour mais avec les ampoules que j’avais aux pieds, j’aurais pu faire aussi de la marche de nuit ».

« Des souvenirs inoubliables »

Tout comme ses neuf compagnons, dont quatre femmes, et les deux accompagnateurs, Christian reconnaît qu’il a vécu une aventure humaine extraordinaire : « Je ramène des souvenirs inoubliables, à l’image de ces 150 marcheurs nantais venus à notre rencontre. Parfois nous étions accueillis par une fanfare ». L’objectif de l’opération était de mettre en mouvement des donateurs, bénévoles, partenaires, pour collecter des fonds et des témoignages qui ont été remis par les marcheurs lors des Assises nationales, européennes et mondiales de la solidarité. Leur voyage en images sur https ://lasolidaritecamarche.wordpress.com/

Le retour des marcheurs

Après avoir arpenté les sentiers, les routes et les rues pendant 6 semaines et à l’issue de ce congrès particulier organisé à Marseille pour les 70 ans du Secours populaire, l’heure était venue pour les membres du groupe de rejoindre la Bretagne le dimanche 22 novembre . Par les airs pour les plus éloignés, par le train pour les plus proches et aussi par la route via Angers pour un accompagnateur et un marcheur qui devaient ramener le Solidaribus généreusement mis à disposition par la fédération du Maine et Loire.

IMG_1438_nat geogr

L’accueil en gare de Rennes

IMG_1447_nat geogr

Il reste encore de l’énergie pour entonner une nouvelle fois le Kenavo …

Etape 41 : le Final

Samedi 21 novembre : « Non, nous ne regrettons rien » … 200 mètres !!!

Le lever est encore tôt ce matin !! Certains d’entre nous se retrouvent au stand de la Bretagne au Palais des congrès au Parc Chanot pour vendre le restant de nos produits bretons.

À midi, les congressistes partent vers le « Palais de l’Europe », à quelques dizaines de mètres, pour le déjeuner,… nous les suivons quelques minutes plus tard, revêtus de notre tenue de randonnée et harnachés de notre sac à dos et autres bâtons de marche. Nous faisons une entrée fracassante, en chantant  « La jument de Michaud » puis la chanson « Non, nous ne regrettons rien » composée par Liliane en marchant au bord du Troussepoil. Nous sommes accueillis par un tonnerre d’applaudissements. Julien Lauprêtre, notre Président se « précipite » vers nous, ainsi que nos amis rencontrés sur notre longue route et nos amis de nos Fédérations Bretonnes. Il s’en suit, une série d’accolades, d’embrassades, d’émotions, de joie, de gorges nouées et de larmes à n’en plus finir… un moment vraiment inoubliable.

C’est l’aboutissement d’une aventure humaine absolument extraordinaire. C’est le moment des remerciements et d’un rapide bilan… extrêmement positif pour notre association.

Quelques heures plus tard, notre président écrira sur le Livre d’Or :

« Mission accomplie et quelle mission !!!

Bravo pour ce succès exemplaire… à imiter partout.

Très fraternellement,

Julien Lauprêtre« 


Un grand et chaleureux merci à vous tous qui avez assuré le succès de cette belle MARCHE BRETONNE de Rennes à Marseille.

les chauffeurs : Annie, Liliane , Marie-Jo, Maryvonne
les marcheurs : Chantal, Christian, Dominique, Jacques, Jany, Jean-Claude, Jean-François, Joëlle, Liliane, Robert.
20151121_125159

Les congressistes nous acclament, quel agréable sentiment !!!

 

IMG_1422

Nous chantons « Non, rien de rien …. nous ne regrettons rien ».

20151121_130528

A notre table, nous reprenons avec Christian un de ces tubes préférés. (1)

20151121_130600

A notre table, nous reprenons avec Christian un de ces tubes préférés. (2)

20151121_130852

Nous trinquons avec Julien Lauprêtre.

20151121_162133

Après le « Vieux-Port », autre passage obligé à Marseille : « Notre-Dame-de-la-garde ».

20151121_164838

Marseille, en montant les 149 m depuis le « Vieux-Port », par les escaliers, pour visiter « Notre-Dame-de-la-Garde ».

Etape 40 : Vitrolles – Marseille

Vendredi 20 novembre : Vitrolles (13) à Marseille (13)                                                distance 24 km

Après le p’tit déj chez nos hôtes, ceux-ci nous accompagnent à la sortie de Vitrolles, dans le quartier de « La Gavotte ». Pour notre dernière journée de marche, nous progressons droit vers le sud, avec Notre-Dame-de-la-Garde, en ligne de mire. Après 3 km nous nous photographions devant le panneau d’entrée d’agglomération de Marseille, heureux d’y être,… « NOUS L’AVONS FAIT » !!!! Nous atteignons le Vieux-Port où nous « sirotons », enfin, la bière que nous nous étions promise, comme dans notre chanson, composée au cours notre périple.
Nous arrivons, incognito au Palais des Congrès, au Parc Chanot, nous nous échangeons des regards complices chargés d’émotions : Le superbe challenge, le grand défi de la solidarité  est atteint. Jacques dit : « Nous sommes partis à 12, nous sommes arrivés à 12« .
Là, les organisateurs du congrès nous conduisent avec nos bagages dans nos hôtels respectifs.
De retour au Parc Chanot, nous dînons avec les congressistes, en toute discrétion, puisque notre arrivée officielle est organisée pour demain.

20151120_100016

Nous avons réussi, « NOUS L’AVONS FAIT’ !!, nous sommes à Marseille

20151120_100944

La très sympathique personne nous ayant photographié sous le panneau de Marseille, un habitué des escapades en Bretagne et sensible à notre action

20151120_145919

Les attentats de Paris restent gravés dans les esprits.

 

20151120_150114

Le vieux port de Marseille

Etape 39 : Miramas – Vitrolles

Jeudi 19 novembre : Miramas (13) à Vitrolles (13)                                                 distance 33 km

Nous démarrons la journée à 8h30, l’un derrière l’autre, direction Pelissanne sur 3 km pour récupérer le GR 653  direction La Fare-les-Oliviers. Toute la matinée, nous marchons dans le maquis, avec des senteurs de thym, romarin, lavande, menthe. Nous sommes au pays de « Manon des sources », sur notre passage, des perdrix, telles les « bartavelles » de Pagnol, s’envolent pour notre plus grand plaisir. À l’entrée de La Fare, nous rencontrons Françis, producteur d’olives. Il nous explique avec passion, comment il travaille ses oliviers bio du pays « Salonenque » et « Aglandau » pour en faire de l’huile. Après le pik-nik, notre paysage de marche diffère, l’odeur des gaz d’échappement remplace les parfums de la garrigue. Nous arrivons à Vitrolles,  après 10 km de marche, sur le bord de l’autoroute, bonjour la civilisation !! A l’entrée de Vitrolles, Liliane, fait une superbe rencontre, Sonia, une personne du voyage, dont nous apprendrons a l’arrivée qu’elle est bénéficiaire au SPF. Elle s’inquiéte de notre fatigue et nous propose un café. Nous sommes très émus par tant de gentillesse et de solidarité, notre fatigue s’envole. Nous sommes accueillis par Dominique et ses amis, sympathisants du SPF ainsi qu’une personne du CNL (défense des locataires). Mr Le Maire nous accueille à la Mairie, ayant, lui-même travaillé dans le milieu social.
La soirée sera conviviale chez Dominique, puis nous seront répartis dans les familles.
Nous remercions les habitants de Vitrolles, qui nous ont si chaleureusement accueillis.

20151119_103336

La garrigue

20151119_152500

Dur dur, la marche en ville !!!

20151119_181916

Mr Le Maire et les sympathisants de Vitrolles

Etape 38 : St Martin – Miramas

Mercredi 18 novembre : St Martin de Crau (13) à Miramas (13)                               distance 19 km

Tout le monde s’installe pour le p’tit déj quand la table « gîte » !! Jean-Claude propose une solution : « mets une biscotte sous le pied de la table !! ».  Le ton de bonne humeur est donné. À 8h30,  les bénévoles du SPF viennent nous chercher pour nous conduire au point de départ de la marche, à la sortie de St Martin de Crau. Nous sommes sur une petite route agréable et parallèle à l’autoroute. À 4 km nous obliquons vers la droite sur une route dont nous ne voyons pas la fin. Mais quel plaisir des yeux : sur la gauche, magnifiques paysages sur les Alpilles et sur la droite,  un gigantesque champs d’oliviers que nous estimons à un 1 km de long. Au rond point : Miramas 10 km, nous prenons la D 10. Après 7 km, il est 11h 45, l’heure de penser au choses sérieuses, le Solidaribus nous rejoint et nous ouvrons la dernière des 3 bouteilles généreusement offertes par le Maire de Sauternes. L’apéro se boit sous un soleil magnifique, comme dit Jean-François : « le soleil de la bonne humeur ». Nous reprenons la route et à 14h, atteignons Miramas-le-Vieux dit le Quillé qui se trouve au nord de l’Étang de Berre. Nous sommes maintenant au cœur de la Provence. À 16h00,  nous sommes accueillis par Jean-Luc et Ahny qui se sont occupés, avec beaucoup de bonnes volontés et les moyens du bord, de notre arrivée. Ils nous conduisent pour le repas, dans le local des cheminots et sommes transférés à Salon-de-Provence pour la nuit.

Nous remercions chaleureusement,  Jean-Luc et Ahny pour la très sympathique soirée.

20151118_104024

Longue route suivie par les marcheurs

20151118_204548

Accueil par Jean-Luc et Ahny, bénévoles du SPF à Miramas

Etape 37 : St Gilles – St Martin de Crau

Mardi 17 novembre : St Gilles du Gard (30) à St Martin de Crau (13)                        distance 38 km

« Soyez adaptatifs, mangez le pain du lendemain », c’est par cette phrase que Joëlle, encore endormie, nous accueille, nous les garçons au p’tit déj. Le ton de la journée est donné, ce sera bonne humeur sur le chemin. Deux bénévoles du SPF nous mènent en voiture à Saliers, lieu de départ de notre marche. Nous sommes maintenant en Camargue sur le GR 653, ce qui nous permet d’emprunter le chemin de St Jackez, sur une douzaine de km. Le paysage camarguais nous montre ses grandes étendues où paissent de superbes taureaux et chevaux de Guardian. Chantal se fait une joie de leur distribuer du pain dur. Après trois heures et demi de marche, nous nous arrêtons à Arles pour manger. Des saladières et des pâtes offertes par les bénévoles du SPF de St Gilles sont les bienvenues.
Après un arrêt d’une demi-heure, nous repartons. Nous longeons pendant une dizaine de km un petit chemin le long de la 4 voies. Nous prenons à cette occasion conscience de l’importance du trafic. A Raphèle, nous longeons en file indienne la nationale jusqu’à St Martin de Crau où nous arrivons vers 18h, c’est la première fois que nous arrivons de nuit. Nous sommes accueillis chaleureusement par les bénévoles du SPF qui nous invitent à la salle municipale pour le pot de l’amitié. Plusieurs élus de la Mairie ainsi que le premier adjoint au Maire son présents nous rappelant que nous sommes en pays de Crau. Le premier adjoint évoque également les différentes valeurs du SPF et les très bonnes relations entretenues avec les nombreuses associations de sa commune.
Jacques remercie tous les élus et la journaliste d’Info-St Martin. Nous sommes conduits au « gîte des Agriculteurs », hébergement offert par la Mairie où nous avons le temps de nous doucher avant de nous rendre au restaurant de la Gare, où le repas nous est offert par le comité.
Ce matin, le soleil était un peu plus voilé qu’à l’accoutumée, ce qui ne présageait en rien du reste de la journée : pour faire bref, encore une fois, il a fait beau. La pluie finira par nous manquer.

20151117_092930

Les chevaux camarguais

20151117_163418

Notre route de cette après-midi

20151117_183305

Nous sommes accueillis par le premier adjoint au Maire et des bénévoles du SPF

Interview de Julien Lauprêtre …

… au journal « La Marseillaise »

Ecrit par Sandrine Guidon mercredi 18 novembre 2015InterviewLaMarseillaise

Le Secours Populaire Français qui fête cette année ses 70 ans sera en congrès du 19 au 22 novembre à Marseille. Entretien avec son président Julien Lauprêtre.
A 16 ans, Julien Laupêtre fonde son groupe de résistance. Avant d’être emprisonné à la Santé aux côtés de Missak Manouchian, le chef du groupe de l’Affiche rouge. Aujourd’hui, il a 89 ans et le président du Secours Populaire Français qui fête cette année ses 70 ans est toujours en résistance.

 

Sous quel signe avez-vous souhaité placer ce 70e anniversaire ?

Nous n’avons pas voulu de manifestations commémoratives en l’honneur de nos anciens, de tous ceux qui ont fait ce qu’est devenu le Secours populaire. Nous avons préféré des rencontres autour d’une nouvelle résistance populaire devant la montée en puissance de la pauvreté et de la violence, en France et dans le monde. Tout au long de cette année, nous avons voulu multiplier les actions de solidarité et avancer cette idée que nous avons en titre du congrès qu’il nous faut construire les solidarités du 21e siècle, qu’on ne peut pas laisser se développer tous les maux de la société et notamment le racisme, l’antisémitisme. Toutes les manifestations qui ont été organisées et le Congrès de Marseille sont un appel à relever la tête pour ne pas subir les conditions injustes et difficiles qui nous sont imposées.

…/…

A Marseille au Parc Chanot, une soixantaine d’enfants Copains du Monde délégués par les fédérations du SPF apporteront leur témoignage. Des rencontres notamment avec les délégués étrangers et des ateliers sont prévus. Samedi, une manifestation sur le Vieux-Port rassemblera des centaines d’enfants. Ils seront rejoints par les participants de la marche solidaire. Partis de Rennes, ils sillonnent la France en collectant des fonds.

…/…

Retrouvez l’intégralité de l’interview ici

Etape 36 : Lunel – St Gilles

Lundi 16 novembre : Aimargues(34) à St Gilles du Gard (30)                                distance 32 km

Après une nuit reposante, passée dans le superbe gîte EDF-GDF du Mas De Toras,  mis gratuitement à notre disposition,  Martine, secrétaire du Comité SPF d’ Aimargues,  nous accompagne sur le chemin jusque Vauvert ou une équipe du club de marcheurs nous prend en charge. Nous longeons le canal Philippe Lamour et nous empruntons la voie Verte jusqu’au port de Gallician ou nous pique-niquons, ce 16 novembre, en T-shirt,  nous sommes bien dans le sud de la France !!
Deux bénévoles du SPF de Nîmes : André et Christian nous rejoignent pour nous servir de guide. Nous longeons le canal du Rhône à Sète sur 7 km, jusqu’au pont de Fronquevaux, sur lequel  nous avons la chance de voir une péniche dans le sens inverse de notre marche : pas possible de faire du bateau-stop. Nous empruntons de magnifiques chemins encadrés par des roseaux, de chaque côté de grandes prairies avec de solides taureaux, des chevaux camarguais, des ânes, des hérons dont un s’envole majestueusement devant nous.
Nous sommes accueillis devant la Mairie par des bénévoles du SPF, une adjointe et un journaliste du Midi-Libre pour le pot de l’amitié. Jacques les remercie chaleureusement pour l’accueil, rappelle les valeurs du SPF et le pourquoi de notre marche. Nous sommes conduits à la « Maison du Pèlerin » au pied de l’abbatiale St Gilles, ancien monastère Bénédictin, où nous mangeons dans une ambiance très conviviale et dans un décor moyenâgeux. C’est aussi notre lieu de couchage.
Cinq d’entre nous sortent visiter la ville après manger et font une superbe rencontre : 3 jeunes ouvraient aujourd’hui, leur épicerie nocturne. Nous discutons avec eux du SPF,  de la solidarité,  et des derniers événements.

20151116_112006

Le long du canal Philippe Lamour

20151116_144647

La péniche le long du canal du Rhône à Sète.

20151116_154524

A travers les roseaux

 

12239501_780008118774191_5839535034529088378_n

12238326_780008075440862_953929248163003336_o

Abbatiale St Gilles de St Gilles

11222970_780008078774195_446486667048799277_n

Les marcheurs devant la mairie